cooked food on black bowl

Que deviennent les taureaux (toros) après la corrida ?

En tant qu’expert de la tauromachie et passionné de cet art ancestral, il est crucial d’aborder un aspect souvent méconnu mais néanmoins fondamental de cet univers : le destin des taureaux après la corrida. Au-delà des polémiques et des débats éthiques, il est intéressant de comprendre ce qu’il advient de ces nobles animaux une fois qu’ils ont accompli leur destin sur l’arène.

Contrairement à ce que certains pourraient imaginer, les toros de combat ne sont pas incinérés ou enterrés après la corrida. Au contraire, ils poursuivent leur voyage vers un autre aspect important de la culture locale : la gastronomie. Dans de nombreuses régions où la tauromachie est ancrée dans la tradition, les toros terminent dans les boucheries de la ville où s’est déroulée la corrida.

Il est important de souligner que cette pratique n’est pas uniquement motivée par l’utilitarisme, mais elle est également imprégnée d’une certaine forme de respect envers l’animal. Pour beaucoup, il s’agit de prolonger la vie et l’héritage du taureau de combat de manière significative, en faisant de lui un élément central de la culture culinaire locale.

L’un des plats les plus emblématiques issus de cette tradition est la fameuse “gardiane de taureau”. Ce plat délicieusement savoureux est un hommage à la force et à la robustesse du taureau. Voici donc la recette de cette spécialité culinaire qui unit l’art de la tauromachie à celui de la cuisine :

Recette de la Gardiane de Taureau :

Ingrédients :

  • 1,5 kg de viande de taureau découpée en cubes
  • 1 bouteille de vin rouge de Costières de Nîmes
  • 2 oignons émincés
  • 4 gousses d’ail écrasées
  • 2 branches de thym frais
  • 2 feuilles de laurier
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 200g de lardons fumés
  • 200g de champignons de Paris émincés
  • Sel et poivre noir fraîchement moulu
  • 2 cuillères à soupe de concentré de tomates
  • 2 cuillères à soupe de farine
  • 500ml de bouillon de bœuf
  • Persil frais haché pour garnir

Préparation :

  1. Dans un grand bol, mariner la viande de taureau avec le vin rouge, les oignons, l’ail, le thym et le laurier. Laisser mariner au réfrigérateur pendant au moins 4 heures, voire toute une nuit.
  2. Égoutter la viande et réserver la marinade. Dans une grande cocotte, chauffer l’huile d’olive à feu moyen. Ajouter les lardons et les faire revenir jusqu’à ce qu’ils soient dorés.
  3. Ajouter les champignons et faire sauter pendant quelques minutes. Retirer les lardons et les champignons de la cocotte et réserver.
  4. Dans la même cocotte, ajouter la viande de taureau égouttée et la faire brunir de tous les côtés. Saupoudrer de farine et bien mélanger.
  5. Ajouter le concentré de tomates et mélanger jusqu’à ce que la viande soit bien enrobée. Verser la marinade réservée et le bouillon de bœuf. Assaisonner avec du sel et du poivre selon votre goût.
  6. Porter à ébullition, puis réduire le feu et laisser mijoter à feu doux pendant environ 2 heures, ou jusqu’à ce que la viande soit tendre et la sauce épaissie.
  7. Ajouter les lardons et les champignons réservés dans la cocotte et laisser mijoter pendant encore 30 minutes.
  8. Servir chaud, saupoudré de persil frais haché et accompagné de riz ou de pommes de terre rôties.

Ainsi, la tradition culinaire locale honore la vie et le sacrifice du taureau de combat, en transformant sa force en un plat délicieusement mémorable. Que l’on soit fervent admirateur de la tauromachie ou non, il est important de reconnaître l’impact culturel profondément enraciné de cette pratique, tant sur l’arène que dans les assiettes.